A l’occasion de la présentation des résultats français 2018 du GRESB, le 17 octobre (informations et inscriptions à ce lien), l’OID analyse les enjeux de résilience pour le secteur immobilier. Cette thématique s’impose en effet comme un enjeu crucial pour l’immobilier.

 

Adaptation et résilience : de quoi parle-t-on ?

Originellement pensée à l’échelle de la ville, la notion de résilience progresse à l’échelle des entreprises, notamment dans le secteur immobilier.

Tandis que l’adaptation fait référence à la capacité de structures à résister à des risques physiques, la résilience se concentre sur les organisations et les communautés. Elle envisage la résistance aux risques futurs sous une perspective de management et de développement d’une aptitude à s’adapter. La résilience urbaine se définit ainsi comme la capacité des personnes, communautés, institutions, entreprises et systèmes d’une ville à survivre, s’adapter et se développer quels que soient les types de stress chroniques et de crises aiguës qu’ils sont amenés à subir.

L’évaluation et la gestion des risques, pas uniquement climatiques, sont donc au cœur de la démarche de résilience. La stratégie résilience de la ville de Paris identifie ainsi 6 enjeux prioritaires : les inégalités sociales, économiques et territoriales, le risque terroriste, le dérèglement climatique, la pollution de l’air, les risques liés au fleuve, et enfin la gouvernance territoriale (accessible à ce lien).

Economiquement, cela fait sens : une étude du National Institute of Building Sciences, aux Etats-Unis, avançait ainsi en 2005 que l’investissement d’un dollar dans l’atténuation des risques faisait économiser 4 dollars à la communauté (pour en savoir plus, cliquez ici).

 

Où en est le secteur immobilier ?

En France, l’article 173-VI de la loi de transition énergétique impose aux investisseurs institutionnels de mesurer et de communiquer l’impact potentiel du changement climatique sur leur portefeuille d’investissements. Le Guide sur les démarches ESG-Climat publié par l’OID et PwC (accessible à ce lien) traduit cet impératif au domaine de l’immobilier, détaillant les risques liés au changement climatique et introduisant des solutions de management pour s’y adapter.

La conscience du risque provoqué par le changement climatique s’est accrue au cours de la dernière décennie. En 2017, l’Asset Owners Disclosure Project (AODP) révèle ainsi dans son Global Climate Index, que 60 % des 500 principaux investisseurs institutionnels (représentant 27 000 milliards de dollars d’actifs) et 70 % des 50 premiers gestionnaires d’actifs mondiaux (avec 43 000 milliards de dollars d’encours sous gestion pour le compte de leurs clients) rendent publiques des informations sur le risque climatique lié à leurs investissements.

De plus, un module GRESB a été développé sur la résilience pour pouvoir évaluer les organisations développant une capacité à mesurer, gérer et s’adapter à des chocs ou des facteurs de stress environnementaux et sociaux (informations à ce lien). Le GRESB affirme l’importance de considérer autant les chocs – événements importants perturbant un système tels que les inondations et incendies – que les facteurs de stress, qui sont des failles sous-jacentes, telles la pauvreté, la dégradation de l’environnement et la vétusté des infrastructures. Ces éléments augmentent la vulnérabilité des infrastructures et des communautés à l’arrivée des chocs. Les 4 sections d’évaluation composant ce module sont : commandement et équipe, évaluation de la résilience, gestion des objectifs et stratégies, mise en œuvre & amélioration.

 

Quelles actions déployer pour accroître la résilience dans le secteur immobilier ?

Cartographier les risques auxquels sont soumis les actifs immobiliers, désigner un responsable de la démarche de résilience, animer un comité, et former les équipes sont autant d’actions pouvant être déployées. L’étude sur les démarches ESG-Climat des gérants immobiliers (accessible à ce lien) en présente certaines : Gecina a ainsi mené une étude sur l’évolution des aléas climatiques sur son territoire et les différentes zones de vulnérabilité des immeubles. Perial Asset Management effectue un reporting sur les risques financiers liés aux effets du changement climatique ainsi que sur les mesures adoptées pour les atténuer. L’acquisition d’actifs chez Allianz Real Estate France intègre les risques environnementaux. La résilience est donc en voie de devenir un des enjeux majeurs de l’immobilier.

 

Rendez-vous le 17 octobre pour la conférence de présentation des résultats français 2018 du GRESB, où une table-ronde sur la thématique de la résilience au changement climatique réunira Josien PIEK, Head of EMEAGRESB, Benjamin FICQUET, Directeur des transitions environnementalesIcade, Sébastien MAIRE, Haut Responsable de la RésilienceVille de Paris et Clément JEANNIN, Group Head of CSRUnibail-Rodamco-Westfield. Informations et inscriptions à ce lien.

 

Pour en savoir plus

X