Retour sur la conférence de présentation de l’étude Confort et bien-être, quelles traductions à l’heure des nouveaux modes de travail ?

A l’heure des outils de travail connectés et de la progression du flex-office et du télétravail, quelles sont les attentes des occupants en termes de confort ? Comment répondre à la diversité des besoins ?

De quelle manière le secteur de l’immobilier peut répondre à ces nouveaux besoins qui réinterrogeront le sentiment d’appartenance à l’entreprise, la cohésion des équipes et les espaces de travail ?

Mardi 2 juillet, l’OID a organisé une conférence de présentation de l’outil Confort et bien-être : quelles traductions à l’heure des nouveaux modes de travail, développé en partenariat avec l’ADEME. Cette conférence a eu lieu dans le nouveau showroom d’Herman Miller.

Après un mot d’accueil de Gérard Degli-Esposti, Président, OID, la conférence a été introduite par Pascale Richert, Specifier Account Manager France, Herman Miller, qui a organisé un moment de brainstorming sur les questions suivantes : Comment se sentir bien dans les locaux ? Où avez-vous eu votre dernière bonne idée ? 9 personnes sur 10 disent qu’elles ont des bonnes idées hors du bureau. Tout l’enjeu de la question du confort et du bien-être au travail est donc de remettre la créativité au cœur du lieu de travail.

 

Ludovic Chambe, Directeur Développement Durable, CBRE, a ensuite présenté le contexte de l’étude de l’OID. Le confort et le bien-être occupent désormais une place très importante dans les projets immobiliers et dans les stratégies des entreprises, pour retenir les talents et les développer. L’étude menée en 2017 avait permis de mieux cerner les attentes des collaborateurs en matière de confort et de bien-être et leur prise en compte dans les espaces de travail. Il existe des attentes fortes sur les espaces alternatifs, les extérieurs végétalisés et les infrastructures sportives et culturelles dans les bureaux, parfois moins facilement appréhendés par les bailleurs. De nos jours, ces tendances évoluent rapidement, notamment avec l’arrivée des « Millenials » dans le monde du travail. Selon les modes de vie actuels, connectés et hyperactifs, le travail ne sera plus une destination dans laquelle les personnes restent toute une journée au bureau, mais il représentera plutôt une tâche qui pourra également être effectuée dans un tiers-lieu.

Face à cette tendance, le nouveau projet de l’OID, mené en partenariat avec l’ADEME, a consisté à organiser une série d’ateliers pour élaborer des portraits sociologiques d’occupants d’immeubles de bureaux et imaginer les traductions de leurs attentes pour ces lieux et les autres espaces de travail.

 

Stéphane Chevrier, Sociologue, MANA a animé les différents ateliers qui ont permis d’aboutir à cette étude. La démarche a consisté en 3 étapes étudiées lors des ateliers : construire des portraits sociologiques des occupants des immeubles de bureaux basés sur leurs attentes en termes de confort et de bien-être, définir les trajectoires d’évolution de ces portraits (2030-2050) et enfin préciser leurs traductions possibles pour les projets immobiliers de bureaux. Configurer des profils sociologiques est une démarche qui permet de proposer des clefs de lecture qui nous interrogent sur notre rapport au travail, à notre conception du bien-être etc., ainsi que sur leurs évolutions possibles. Quels types de liens nous attachent aux autres ? Comment transformer les espaces pour qu’ils nous offrent la bonne combinaison entre une tâche à accomplir, une équité de traitement dans l’espace, et l’adaptation aux besoins de chacun ? Comment adapter les enjeux des nouveaux modes de travail à la transformation de la ville et aux impératifs environnementaux ? Les profils sociologiques nous permettent de développer et projeter les portraits existants, tout en en identifiant d’autres qui se révèlent au cours de l’analyse et permettent de penser à long terme le confort et le bien-être dans les espaces de travail.

 

Des témoignages ont ensuite suivi la présentation de la démarche. Christophe Roux, Responsable projets junior projets stratégiques, Région Île-de-France a illustré le confort et le bien-être dans les espaces de travail, à travers l’exemple du transfert du siège de la région Ile-de-France. Le regroupement des sites disséminés intra-muros en un seul bâtiment à Saint-Ouen, a fait l’objet d’un accompagnement des équipes. En effet, 1 400 collaborateurs étaient concernés par ce déménagement de grande ampleur, et l’adaptation à de nouveaux espaces de travail, pensés pour leur bien-être et leur confort. Tout le monde travaille désormais en open space, quel que soit son titre. Les nouveaux espaces de travail ont été pensés conjointement avec les agents, pour intégrer au mieux leurs attentes aux locaux. Sabrina Hingue-Charrier, Assistante d’étude – QHSE – DIMG, MAIF a présenté l’aménagement des nouveaux espaces de travail agiles de la MAIF à Niort. Il s’agit d’espaces ouverts, plus conviviaux, pour développer davantage de communication avec les clients et les collaborateurs. Ces changements d’aménagement et de mise en application des principes de confort et bien-être ont été accompagnés d’un changement des modes de fonctionnement de l’entreprise.

 

La démarche menée par l’OID vise avant tout à proposer une méthodologie librement appropriable par les acteurs immobiliers souhaitant comprendre et répondre à la diversité des attentes des occupants vis-à-vis de leur lieu de travail, qu’il s’agisse d’aménagement intérieur, d’accès à des services ou d’opportunités de lien social. Ils aident à matérialiser des pistes d’action pour améliorer le confort et le bien-être et à identifier les risques d’apparition de tension sur certains espaces.

 

L’étude est disponible à ce lien.

X